Cary Fukunaga s'exprime sur ses déboires avec le créateur de True Detective

Actus cinéma

Cary Fukunaga s'exprime sur ses déboires avec le créateur de True Detective

Cary Fukunaga à l'avant-première mondiale de

©Vianney Le Caer/AP - Cary Fukunaga à l'avant-première mondiale de "Mourir peut attendre" à Londres, le 28 septembre 2021., Sipa

Interviewé à l'occasion de la sortie de "Mourir peut attendre" par The Hollywood Reporter, le 22 septembre 2021, le réalisateur Cary Fukunaga est revenu sur son expérience passée sur le tournage de la première saison de "True Detective" ; un tournage fort en émotion et marqué par des relations houleuses avec le créateur de la série, Nic Pizzolatto.

Avant de s'atteler à "Mourir peut attendre", Cary Fukunaga était déjà bien connu des cinéphiles, notamment pour son travail sur "Sin nombre" (2009) et "Beasts of No Nation" (2015) et pour avoir claqué la porte du remake de "Ça". Le cinéaste, également scénariste et producteur, a également collaboré à quelques chef-d'oeuvres du petit écran, notamment la première saison de "True Detective" (2014) dont il a réalisé tous les épisodes. Une expérience qui lui a toutefois laissé des souvenirs amers, comme il l'a récemment expliqué à The Hollywood Reporter.

"Je n'avais pas l'impression que ce partenariat était juste"

En effet, le réalisateur américain explique que son travail a souffert de problèmes entre lui et Nic Pizzolatto, le créateur de "True Detective". "De la même manière qu'elle a été pitchée un peu partout, la série m'a été présentée comme un film indépendant fait pour la télévision. Le scénariste et le réalisateur sont supposés être une équipe", explique Cary Fukunaga. Toutefois, ce postulat semble avoir été rapidement parasité par des problèmes d'égo : "Nic s'est comporté comme s'il était mon boss. (...) C'était un crève-coeur parce que je n'avais pas l'impression que ce partenariat était juste."

Le réalisateur, qui a par la suite cessé de s'occuper de la réalisation pour occuper un poste plus en retrait de producteur exécutif, conclut : "Nic est un très bon scénariste, mais il a besoin qu'on le bride un peu. (...) Mon problème avec lui c'était de prendre ces très longs dialogues et d'insuffler un peu de respiration. On était différents sur le ton et dans nos goûts."

Marine Pallec, Jellyfish France, publié le 1 octobre

Liens commerciaux

Retrouvez Cinéma et séries sur