Actus TV média

"Les auditions de Vincent Bolloré et Cyril Hanouna sont un scandale" : Benjamin Castaldi excédé par la "chasse aux sorcières" contre le groupe Canal+

Benjamin Castaldi a réagi aux auditions de son "ami" Cyril Hanouna et du propriétaire de C8 à l'Assemblée nationale au cours d'un entretien à puremedias.com.

Benjamin Castaldi n'y va pas par quatre chemins pour dire tout le mal qu'il a pensé de la convocation de Cyril Hanouna par l'Assemblée nationale. Dans une interview accordée à puremedias.com, qui paraîtra à l'occasion de la diffusion de "Bungalow 21" - pièce de théâtre dont il est à l'origine - ce mardi 26 mars 2024 à 21h10 sur France 2 - l'ancien chroniqueur de "Touche pas à mon poste !" le dit sans détour aucun : il n'a pas compris les raisons mêmes de cette audition par la commission d'enquête sur l'attribution, le contenu et le contrôle des autorisations de services de télévision à caractère national sur la télévision numérique terrestre (TNT).À LIRE AUSSI : "Je ne peux pas dire à C8 'Démerdez-vous !'" : Cyril Hanouna affirme faire "des efforts" sur son salaire et "participer" au paiement des sanctions de l'Arcom

"Je trouve cela déplorable d'en arriver à une telle chasse aux sorcières"

"On vit en Tchécoslovaquie (ancien État de l'Europe centrale entre 1918 et 1992, ndlr) !", réagit-il. "Je ne comprends pas, je suis scandalisé et je trouve cela absolument déplorable d'en arriver à une telle chasse aux sorcières. Les auditions de Vincent Bolloré et de Cyril Hanouna sont un scandale", dénonce-t-il. "Ce que l'on a vécu là, en 2024, c'est un procès soviétique, c'est 'L'aveu'" (en référence au livre d'Artur London, ndlr), considère-t-il avant de réduire le débat à un supposé clivage moral entre la droite et la gauche."Personne ne fait de procès à France Inter. De toute façon, c'est simple. Quand c'est de gauche, c'est bien ! Quand c'est de droite, c'est mal ! Alors que si l'on raisonne par l'absurde, l'homme de gauche est quand même plus responsable de mauvaises choses que l'homme de droite", attaque-t-il en référence notamment à l'affaire Cahuzac. L'affaire François Fillon ? "Y a Fillon pour trois costards ! Et alors ?", lâche-t-il éludant l'emploi fictif exercé par Pénélope Fillon auprès de son mari."Quant à Sarkozy, ce n'est pas encore jugé", rétorque-t-il alors que l'ancien chef de l'État a notamment été condamné en appel le 19 mai 2023 à trois ans de prison, dont un an ferme à purger sous bracelet électronique, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes". Il s'est pourvu en cassation.

"Je ne dis pas que l'on n'a pas fait de conneries"

Pour rappel, Vincent Bolloré, propriétaire des chaînes du groupe Canal+, et Cyril Hanouna, animateur phare de C8, chaîne régulièrement sanctionnée par le régulateur, ont été auditionnés mercredi 13 et jeudi 14 mars 2024 en prévision du renouvellement en 2025 de 15 canaux de la TNT, parmi lesquels C8, CNews, CStar, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma et Planète+. "Je ne dis pas que l'on n'a pas fait de conneries, que parfois cela nous a échappé. D'ailleurs, Cyril l'a reconnu", admet ensuite Benjamin Castaldi. "Mais tout cela n'a pas de sens. Ce sont des affaires qui ont été jugées (par l'Arcom). Ces faits concernent seulement 0,1% du temps d'antenne de 'TPMP'. Stop !".C8 avait notamment été mise en demeure en novembre 2022, lorsqu'en plateau Cyril Hanouna, passant outre l'État de droit, avait appelé à ce que le coupable du meurtre de Lola, une adolescente de 12 ans, soit condamné à la prison à perpétuité sans procès. "Je comprends très bien Cyril sur l'affaire Lola. La réaction à chaud, c'est d'avoir envie d'une justice expéditive. Ce n'est pas bien mais je comprends très bien que l'on ait envie de le dire. Il a réagi comme un père de famille, pas comme un juriste".

À LIRE AUSSI : "Des abrutis, des rageux, des jaloux" : Cyril Hanouna répond à la polémique sur la célébration de ses audiencesPour autant, ces propos sont-ils dignes d'être tenus à l'antenne ? Benjamin Castaldi assume : "Je revendique le droit de pouvoir dire que c'est inadmissible. Si on avait fait cela à ma fille ou à mon fils, il n'y aurait pas eu de procès".

"J'ai quitté 'TPMP' parce que je n'arrivais pas à formuler vraiment ce que je pensais"

Las de commenter l'actualité, Benjamin Castaldi a quitté "Touche pas à mon poste !" la saison dernière pour se consacrer à son projet de pièce de théâtre. "Heureusement (que j'ai arrêté)", considère-t-il avec le recul. "Parce que si j'avais donné mon avis, j'aurais été encore plus mis en cause que Cyril. J'aurais été encore plus violent. Je ne veux pas faire mon Michel Sardou de base mais on se dirige vers un monde où on ne peut plus rien dire et plus rien faire. C'est insupportable !", dénonce-t-il, balayant par la même occasion les informations du magazine "Complément d'enquête", selon lesquelles la production de "TPMP" dicterait parfois les interventions des chroniqueurs.

"C'est faux ! C'est archi-faux ! On se fait reprendre de volée si Cyril n'est pas d'accord avec nous mais c'est le principe de l'émission. Je n'ai jamais dit un truc que je ne pensais pas. J'ai quitté 'TPMP' parce que je n'arrivais pas à formuler vraiment ce que je pensais. C'est donc tout le contraire" de ce que dit le portrait "Cyril Hanouna, le nouveau parrain du Paf" qu'il compare à "un devoir de 6e ni fait ni à faire". "Ah super ! Cyril a un bateau qu'il a mis sous pavillon étranger, bravo ! Comme tous ceux qui ont un bateau. Huit mois d'enquête pour en arriver là, super ! On a peur !". C'est dit.

publié le 20 mars, Ludovic Galtier Lloret, Puremédias

Liens commerciaux