Extraordinary sur Disney+ : une comédie bien barrée qui ne ressemble à aucune autre série de super-héros

Actus séries

Extraordinary sur Disney+ : une comédie bien barrée qui ne ressemble à aucune autre série de super-héros

©Disney+

Disponible sur Disney+ depuis hier, Extraordinary est la nouvelle production britannique du streamer. Cette comédie de super-héros regorge d'idées toutes plus farfelues les unes que les autres.

De quoi ça parle ?

Jen vit dans un univers où chacun a des superpouvoirs... sauf elle. Ah, ben, super ! Ce récit initiatique, drôle, audacieux et novateur évoque les difficultés à se faire une place dans un monde où tout vous destine à n'être qu'ordinaire.

Extraordinary, une série créée par Emma Moran avec Máiréad Tyers, Sofia Oxenham, Bilal Hasna... Épisodes vus : 5 sur 8

Une série qui sort de l'ordinaire

Jen (Máiréad Tyers), 25 ans, passe un entretien d'embauche. "Comment s'est passé votre trajet ?" lui demande son interlocutrice l'air de rien tout en parcourant son CV. "Si je suis assise bizarrement, c'est parce que je crois que mon tampon est sorti, mais je n'ai pas eu le temps d'aller aux toilettes en bas parce que j'ai fait la grasse matinée, parce que j'ai passé tellement de temps la nuit dernière à essayer de jouir, mais je n'ai pas pu à cause de mes antidépresseurs", lâche Jen.

Mesdames et messieurs, voici la scène d'introduction d'Extraordinary qui se pose là et fait son petit effet dans la catégorie des séries qui savent affirmer leur ton dès la première minute. On a beau être sur Disney+, on est très loin de Blanche-Neige et les Sept Nains. D'ailleurs pour éviter toute confusion, la série est rangée dans le catalogue Star de la plateforme, réservé aux adultes.

La deuxième production britannique du streamer (après Wedding Season l'année dernière) se déroule dans un monde où tout le monde développe un super-pouvoir à 18 ans. Tout le monde, sauf Jen... Elle vit en colocation dans l'est de Londres avec sa meilleure amie Carrie (Sofia Oxenham), Kash (Bilal Hasna), le petit ami fainéant de Carrie, et le chat errant Échatcule... Oui, c'est son nom.

Certains super-pouvoirs sont plus utiles que d'autres. Carrie travaille dans le cabinet d'un avocat, où sa capacité à permettre aux morts de communiquer à travers elle l'aide à régler les litiges concernant les testaments. La mère de Jen (Siobhán McSweeney de Derry Girls) peut changer de chaîne à la télévision sans utiliser la télécommande. Et la dame qui a interviewé Jen pour le poste ? Elle a la capacité de faire dire la vérité aux gens.

Jen se sent exclue et se vit comme une ratée. Il faut dire qu'elle n'est pas aidée, elle cumule les bourdes au point qu'on finit par se demander si son super-pouvoir n'est pas justement de cumuler les bourdes.

Au cours de la saison, Jen tente tout pour trouver son pouvoir. Si la nourriture ultra épicée ne déclenche rien, un choc émotionnel ou la peur du dentiste pourraient-ils changer la donne ? Ou bien devra-t-elle trouver l'argent pour une clinique privée extrêmement coûteuse qui aide les gens à trouver leurs super-pouvoirs ?

La série est surréaliste, subversive, drôle et crasseuse. Tout ça à la fois. Elle est aussi truffée de blagues et de gags visuels qui sortent de l'ordinaire et un rebondissement à la fin du premier épisode démontre clairement que les idées les plus farfelues foisonnent.

Rien d'étonnant à cela puisque l'équipe de production derrière Killing Eve est à l'œuvre pour cette série. La scénariste irlandaise Emma Moran, 29 ans, a commencé à l'écrire pendant ses études, pour une maîtrise en scénarisation à l'université de Manchester, et l'a terminée pendant le confinement. Voilà des débuts tonitruants.

publié le 26 janvier, Emilie Semiramoth, Allociné

Liens commerciaux