Actus cinéma

Tom Hanks admet qu'il s'agit du pire film de sa carrière et de l'un des pires de l'histoire du cinéma : "L'un des films les plus médiocres jamais réalisés"

Tom Hanks, pourtant double lauréat des Oscars, admet qu'il a participé à de nombreux projets douteux, mais celui-ci figure en tête de liste des pires décisions qu'il a prises au cours de sa carrière d'acteur. Découvrez quel film est, selon lui, le pire de sa carrière, et même l'un des pires de l'histoire du cinéma...

En 1990, Tom Hanks était surtout connu pour ses rôles comiques, ses derniers titres sur grand écran étant Turner et Hooch et Les Banlieusards. Quand il a été invité à jouer dans un film réalisé par Brian De Palma et basé sur le célèbre roman de Tom Wolfe, Le bûcher des vanités, il a donc accepté sans hésiter et beaucoup de joie.

>> "Dans 20 ans, vous remercierez Dieu pour ça" : c'est ainsi que Tom Hanks a empêché des dizaines de stars de fuir le tournage de ce film de guerre de Steven Spielberg

Le début d'un cauchemar pour Tom HanksDans le film, il joue Sherman McCoy, un grand courtier de Wall Street qui touche des commissions de millionnaire. Sa vie change brusquement lorsque, se rendant à Manhattan avec sa maîtresse Maria Ruskin (Melanie Griffith), il prend un mauvais virage et se retrouve dans le Bronx.

C'est dans le célèbre quartier new-yorkais qu'il finit par écraser un homme noir, ce qui constitue le point de départ de sa chute et aussi le début de l'ascension fulgurante de Peter Fallow (Bruce Willis), un journaliste inconnu.

Des années plus tard, lors d'une interview avec Oprah Winfrey, l'acteur s'est enfin exprimé sur son rôle dans le film : "C'est l'un des films les plus médiocres jamais réalisés. Et pourtant, si je ne l'avais pas vécu, je serais passé à côté de quelque chose de précieux. Dès le départ, ce film était une entreprise fascinante. Il était plus grand que nature et, pour une raison ou une autre, il a suscité une attention énorme".

"Même aujourd'hui, lorsque je vais en Allemagne, les gens me disent : 'Comment se fait-il qu'ils ne fassent plus de films aussi bons et aussi bruts que Le bûcher des vanités ? Ils n'ont aucune idée de ce que cela signifie d'être américain et que ce film soit entré dans la conscience nationale. Le bûcher des vanités m'a appris que je ne pouvais pas forcer une connexion", a ajouté l'acteur.

>> Ce film de Tom Hanks est considéré comme le plus beau de l'histoire de la science-fiction

Le film, basé sur une oeuvre très aimée et chérie des Américains, a également été la chute de Tom Hanks. L'acteur admet qu'il "pensait pouvoir le faire", mais il était clair dès le départ que ce ne serait pas le cas.

En fait, lorsque son nom a été annoncé, il a été abordé plusieurs fois dans la rue par des gens qui lui disaient "Vous n'êtes pas Sherman McCoy" et il admet que "je suis allé à l'encontre de tout ce qui était lié au personnage et même au scénario, mais je n'arrêtais pas de me dire : 'Non, non, non... il y a un moyen de m'intégrer là-dedans...'".

Un énorme échec commercialLe Bûcher des vanités a été marqué par un énorme échec commercial, ne rapportant que 15 millions de dollars aux États-Unis pour un coût de 47 millions. Le projet, qui, sur le papier, semblait avoir des aspirations aux Oscars, a fini par être descendu par les critiques - il n'a que 15 % d'avis positifs sur Rotten Tomatoes - et n'a évidemment reçu aucune nomination aux Hollywood Academy Awards.

En revanche, il a obtenu cinq nominations aux Golden Raspberry Awards, où il a remporté le prix du pire scénario de l'année.

>> "Il m'a remercié quand il a gagné l'Oscar" : c'est ainsi que Tom Hanks s'est vengé de Denzel Washington après que la star de The Equalizer l'a tourmenté sur un tournage

Ce n'est pas la seule fois que Tom Hanks a parlé du film réalisé par Brian De Palma. Dans une conversation avec le journal The Blast, il n'a pas hésité à évaluer les raisons pour lesquelles le film a été un tel échec :

"Lorsque nous avons fait le film, c'était énorme. Nous ne pouvions nous déplacer nulle part à New York. Tout le monde en parlait. Tout le monde était joué par le mauvais acteur, surtout moi. Brian De Palma s'intéresse davantage à l'iconographie qu'au cinéma. C'est le cinéaste le plus intransigeant - dans le bon comme dans le mauvais sens - que vous puissiez rencontrer".

Le film avait pourtant un casting 5 étoilesEn plus de Tom Hanks, Le bûcher des vanités mettait en scène Bruce Willis, Melanie Griffith, Kim Cattrall, Morgan Freeman et F. Murray Abraham, qui a exigé de ne pas être crédité en raison d'un différend concernant l'emplacement de son nom sur l'affiche du film.

Le film a également marqué les débuts de Kirsten Dunst (Spider-Man) dans le rôle de Campbell McCoy, la fille du personnage principal, Sherman McCoy (Tom Hanks).

Article écrit en collaboration avec ns collègues de Adorocinema.

publié le 16 juin, Mathis Ferrut , Purebreak

Liens commerciaux