Actus cinéma

Skyfall : les spectateurs chinois n'ont pas vu du tout le même James Bond que vous !

© Sony Pictures

Fins changées, scènes coupées ou supplémentaires tournées spécialement à l'adresse d'un certain public... Cela fait de très nombreuses années qu'un même film peut offrir différentes versions en fonction du pays où il est diffusé. Voici 10 exemples.

A chaque pays ses moeurs, ses coutumes et sa culture. C'est tout aussi vrai pour les films. Entre fins changées, scènes coupées ou supplémentaires tournées spécialement à l'adresse d'un certain public, cela fait des décennies qu'un même film peut offrir différentes versions en fonction du pays où il est diffusé, parfois pour des motifs purement politiques d'ailleurs. Voici 10 exemples.

The Descent

La version américaine du film, sortie le 4 août 2006, est sensiblement différente de l'originale (donc celle qui est sortie en France), puisqu'elle se termine avec Sarah (Shauna Macdonald) voyant Juno (Natalie Jackson Mendoza) ensanglantée dans la voiture à côté d'elle, la dernière minute de la version originale étant supprimée.

Pourtant, elle était nettement plus forte, puisqu'elle voyait Sarah perdre la raison et être à terme condamnée à être tuée par les créatures souterraines... Cette fin US différente résulte de la décision du distributeur nord-américain du film, Lions Gate Film, qui a estimé que la fin originale était trop sombre et désespérée pour le public américain.

Piège de cristal

On ve pas vous faire l'affront de vous réexpliquer qui est John McLane et combien Piège de cristal est une date dans l'histoire des films d'action 80's. Mais saviez-vous qu'afin de ne pas offenser le public allemand, la nationalité des preneurs d'otages fut changée pour l'exploitation en Allemagne ? Il s'agissait alors d'un groupe d'Irlandais et le personnage d'Alan Rickman devint Jack Gruber, au lieu de Hans Gruber. Cela posa quelques difficultés aux traducteurs d'Une Journée en enfer pour expliquer l'existence d'un frère allemand (joué par Jeremy Irons) à ce dernier.

Le Grand bleu

Il existe pas moins de trois versions du film de Luc Besson. La version sortie en salle en France faisait 132 min. Succès public considérable, le film est ressorti dans une version longue faisant passer sa durée à 168 min. Aux Etats-Unis, sorti sous le titre The Big Blue, c'est une fin heureuse qui fut retenue, à l'inverse de celle que nous connaissons, dans laquelle on peut voir Jacques Mayol remonter à la surface et jouer avec les dauphins... C'est d'ailleurs cette fin alternative qui compose l'affiche du film. Reste qu'elle est nettement moins forte que la fin originale.

Ci-dessous, la fin alternative US justement...

Iron Man 3

Cela fait déjà plusieurs années que les coproductions sino-américaines de Blockbusters existent; en particulier pour les films de super-héros. Comme pour Iron Man 3 par exemple, coproduction entre Marvel Studios et le fond d'investissement chinois DMG Entertainment. De fait, le public chinois a même eu droit à un traitement de faveur avec un peu plus de 3 min de film en plus avec des scènes absentes de la version américaine.

Ainsi, le personnage du Dr. Wu (Wang Xueqi), présenté au début du film, bénéficie-t-il de plus longues scènes dans la version chinoise. Son infirmière, incarnée par l'actrice chinoise Fan Bingbing, fait une incursion dans cette version, tandis que l'on voit Tony Stark passer sur la table d'opération.

On y trouve même carrément du placement de produit, chinois en l'occurence, au début de la séquence. Il s'agit de Gu Li Duo, une marque de lait très populaire en Chine.

Lincoln

Si aux Etats-Unis la Guerre de Sécession est un épisode bien connu et étudié (et que l'on appelle d'ailleurs The War between the States), ce n'est pas forcément le cas dans de nombreux pays étranger.

C'est pourquoi Steven Spielberg décida, avec son scénariste Tony Kushner et la bénédiction de la Twentieth Century fox, d'ouvrir le film dans son exploitation internationale par une séquence d'explications à base d'images en noir et blanc accompagnées de textes, pour permettre de resituer le contexte historique en 1865. Cette séquence dure une minute, accompagnée par la musique de John Williams jouée par-dessus.

Vous pouvez retrouver ces images sur le site du Hollywood Reporter.

Sueurs froides

Une scène finale supplémentaire a été tournée pour répondre aux exigences de certains pays européens (Scandinaves notamment), dans lesquels aucune mauvaise action ne devait restée impunie...

Marjorie "Midge" Wood (Barbara Bel Geddes) écoute la radio, qui annonce que Gavin Elster -le responsable de toute la machination- est sur le point d'être extradé vers les Etats-Unis. Scottie rentre ensuite chez Midge où, tandis qu'elle lui sert un verre, il contemple l'horizon à travers la fenêtre, sans échanger un mot avec son amie...

Il semblerait toutefois que cette fin ne fut pas uniquement commandée pour l'exploitation à l'étranger du film, mais aussi par Geoffrey Shurlock, un responsable travaillant dans le service de la Production Code Administration, chargée de faire appliquer l'infâmant Code Hayes. Même si, à la date de sortie du film (1959), son application était déjà sur le déclin.

Ci-dessous, la fin alternative en question...

Skyfall

On sait que les Autorités chinoises sont particulièrement chatouilleuses sur l'image du pays dans les productions étrangères. Autant dire que si une oeuvre occidentale doit sortir sur le territoire chinois, mieux vaut ne pas contrarier les censeurs de l'empire du Milieu...

Un bon exemple est Skyfall. Des images montrant un personnage chinois mourrant furent coupées, de même que des références à la torture et la prostitution. Une scène totalement coupée incluait un tueur (Ola Rapace) exécutant un agent de sécurité chinois.

Dans une autre scène, James Bond interroge la française Séverine (Bérénice Marlohe) à propos de son tatouage, qui indique qu'elle a été forcée à se prostituer étant enfant. Si en VO (anglaise donc) le propos est resté, le sous-titrage chinois explique quant à lui qu'elle était victime des Triades.

Un autre petit coup de ciseau pour la route ? Quand Javier Bardem alias Raoul Silva, explique à 007 qu'il fut capturé à Hong Kong puis torturé, les sous-titrages chinois ont tout simplement zappé une partie de l'histoire racontée...

L'Aube rouge

Qu'on se le dise : le remake de 2012 du film réalisé en 1984 par John Milius est une catastrophe. Le remake, emballé par Dan Bradley et produit par la MGM, devait initialement sortir en 2011. Mais peu de temps avant la première du film, décision fut prise de changer l'origine des méchants : adieu les envahisseurs chinois, et bienvenue à la Corée du Nord...

La raison ? Le fait de changer l'origine géographique des méchants du film rendait l'oeuvre exploitable sur le territoire chinois, avec la perspective de récupérer quelques dollars. MGM lâcha 1 million de $ pour modifier numériquement en post-production tous les drapeaux chinois en drapeaux nord-coréen, remonter certaines scènes, et retravailler l'ouverture du film, en écartant l'idée de départ où la Chine envahit les Etats-Unis, devenus les débiteurs de l'empire du Milieu...

L'Aube rouge est sorti aux Etats-Unis en novembre 2012. En dépit de toutes ces modifications, il fit un fiasco au Box Office.

Captain America, le soldat de l'hiver

Dans le film tourné par les frères Russo, Steve Rogers (Chris Evans) doit un peu s'adapter à la vie moderne, après être resté scotché dans les années 1940. Du coup il porte avec lui une To Do List de choses à faire. Cette fameuse liste a en fait été écrite par Marvel Studios en dix exemplaires, avec des entrées différentes à chaque fois, histoire de s'adapter aux goûts des pays où le film était exploité.

Si toutes les versions de cette liste incluent "la cuisine Thaï, voir Star Trek et Star Wars et écouter Nirvana", la Corée du Sud a par exemple droit à un visionnage obligatoire du drame violent Old Boy (!) ainsi que l'obligation de tester le jeu vidéo Dance Dance Revolution, très prisé en Corée du Sud !

Pour le public britannique, le visionnage de la série Sherlock faisait partie de la To Do list de Steve Rogers, alors qu'aux Etats-Unis, il s'agit du TV Show I Love Lucy !

Zootopie

Comme vous pouvez le constater avec le montage ci-dessus (provenant de ce compte Twitter), le personnage du présentateur télé vedette de Zootopie, certes mineur mais qui fait le lien entre plusieurs scènes du film, n'est pas le même selon que vous soyez en France, en Chine, en Angleterre.... Disney a choisi de s'adapter aux différentes régions du monde et à leur culture à travers ce sympathique clin d'oeil.

En France, comme en Amérique du Nord, c'est donc l'élan qui a été choisi -il a toutefois disparu depuis plusieurs siècles de l'hexagone- tandis que c'est le koala qui représente l'Australie et la Nouvelle-Zélande; le panda en Chine; le jaguar au Brésil; le chien de race Welsh Corgi en Angleterre; le Tanuki au Japon...

publié le 11 décembre, Olivier Pallaruelo, Allociné

Liens commerciaux