Actus cinéma

Rocky : Stallone mis K.O. par la passion d'un enfant de 9 ans !

© Twentieth Century Fox France

Un petit garçon de neuf ans a stupéfait Sylvester Stallone en rejouant devant lui le speech mémorable de "Rocky Balboa". Découvrez vite cet incroyable moment !

Vous voulez la preuve ultime que la saga Rocky traverse les générations ? Alors vous devez absolument regarder cette séquence assez dingue qui voit un petit garçon de neuf ans rejouer le monologue culte du long métrage Rocky Balboa, l'un de ces discours de cinéma qui vous donnent du courage !

Si la scène, qui s'est déroulée à Philadelphie lors du premier Rocky Day, est si incroyable, c'est parce que l'enfant en question effectue cette performance... devant Sylvester Stallone lui-même ! Et il le fait avec un tel brio qu'on a presque parfois l'impression qu'il connaît mieux le texte que le légendaire interprète du boxeur, franchement impressionné par la prestation.

Le discours que reprend le jeune Ro Knight avec un bel aplomb est donc tiré de Rocky Balboa, le sixième opus de la franchise, sorti en salles en 2006. On y voit Rocky, en pleine rue, s'adresser à son fils, interprété par Milo Ventimiglia, dans ce qui s'apparente à une véritable leçon de vie.

La séquence, qui s'est tenue au pied de la statue de Rocky, devant le Philadelphia Museum of Art, est à découvrir ci-dessous.

Pour constater combien le petit garçon reproduit parfaitement le discours culte de Rocky Balboa, le mieux est de regarder dans la foulée le passage en question du film. Il est à retrouver ci-dessous, à partir d'1 minute et 37 secondes.

A la fin de sa "battle" avec Stallone, le garçon se jette dans les bras de la star hollywoodienne en l'appelant Rocco, soit le surnom donné par Paulie (Burty Young) à Rocky. Preuve qu'à 9 ans, il est un vrai fan hardcore de la franchise initiée en 1976.

Le discours en version française :

"Je vais te dire un truc que tu sais déjà : le soleil, les arcs-en-ciel, c'est pas le monde. Y'a de vraies tempêtes, de lourdes épreuves. Aussi grand et fort que tu sois, la vie te mettra à genoux, et te laissera comme ça en permanence si tu la laisses faire. Toi, moi, n'importe qui, personne ne frappe aussi fort que la vie. C'est pas d'être un bon cogneur qui compte. L'important, c'est de se faire cogner et d'aller quand même de l'avant. C'est de pouvoir encaisser sans jamais, jamais flancher. C'est comme ça qu'on gagne.

Si tu es sûr de ce que tu vaux, tu peux tout essayer pour l'obtenir, mais accepter aussi qu'il y ait de la casse, au lieu de montrer le voisin du doigt en disant "j'ai tout raté à cause de lui, d'elle, ou de je ne sais pas qui". Ça, c'est des trucs de trouillard ! Et t'en es pas un, toi ! Tu vaux mieux que ça !"

Faux Raccord : les gaffes et erreurs de Rocky

publié le 5 décembre, Clément Cuyer, Allociné

Liens commerciaux