Pio Marmaï à Cannes : "Macron, j'aimerais lui péter la gueule"

Actus cinéma

Pio Marmaï à Cannes : "Macron, j'aimerais lui péter la gueule"

Pio Marmaï au photocall du film La fracture lors du 74ème festival international du film de Cannes, le 10 juillet 2021.

©JACOVIDES-BORDE-MOREAU, BestImage

C'est la sortie qui fait parler d'elle ce week-end. A l'occasion de la conférence de presse du film "La Fracture" au Festival de Cannes, l'acteur Pio Marmaï a tenu des propos très virulents à l'encontre du président de la République.

Dans le film "La Fracture", présenté à l'occasion du Festival de Cannes 2021, l'acteur Pio Marmaï interprète un manifestant blessé lors d'un rassemblement de gilets jaunes. Le sujet du long-métrage a fait la Une des journaux pendant de longues semaines, et lors de la conférence de presse, un journaliste a demandé à l'acteur s'il avait un message à faire passer à Emmanuel Macron. Le résultat a surpris tout le monde, et la séquence fait d'ores et déjà le tour des réseaux sociaux.

Une phrase inspirée par le personnage qu'il joue dans le filmEn effet, après avoir expliqué qu'il n'avait "pas grand-chose à dire à grand monde", et qu'il ne voulait "donner de leçon à personne", Pio Marmaï a fini par déclarer : "Macron, j'aimerais bien aller chez lui en passant par les chiottes et les tuyaux et lui péter la gueule, ça évidemment, un peu comme tout le monde, dans l'absolu..." La sortie a beaucoup fait réagir, y compris l'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui a tweeté : "L'appel à la violence n'a sa place nulle part, et votre statut 'd'artiste' ne le rend ni plus intelligent ni plus acceptable. C'est même l'inverse : vous remportez la palme du propos le plus vulgaire." Mais la phrase fait en réalité référence à une réplique du personne de Pio Marmaï dans "La Fracture". Dans une scène du film, il explique en effet que les gilets jaunes auraient mieux fait d'essayer de passer par les égouts pour aller exprimer leur colère à Emmanuel Macron plutôt que d'essayer d'accéder aux portes de l'Elysée.

Laetitia Reboulleau, Jellyfish France, publié le 11 juillet

PUBLICITÉ

Liens commerciaux