Actus cinéma

Napoléon avec Joaquin Phoenix : l'Empereur s'est-il vraiment couronné lui-même ?

© DR

Sorti en salles le 22 novembre, Napoléon a déjà attiré plus de 600 000 spectateurs. Le réalisateur Ridley Scott a assumé le fait d'avoir pris des libertés par rapport aux faits historiques. Cette scène marquante du film est-elle véridique ?

Depuis sa sortie le 22 novembre dernier, Napoléon de Ridley Scott essuie de nombreuses critiques, notamment à cause des libertés historiques prises par le réalisateur. Dans les médias, le metteur en scène de 85 ans balaye d'un revers de la main toutes les questions relatives à ce parti-pris.

"Vous voulez vraiment que je réponde ? Il ne vaut mieux pas, je vais être grossier !", a-t-il rétorqué à un journaliste de la BBC l'interrogeant sur ce sujet. "Je n'ai pas besoin d'historiens pour rendre mon Napoléon épique", a-t-il asséné dans les colonnes du Times.

Napoléon s'est-il couronné lui-même ?

Cependant, si Ridley Scott a livré sa propre vision du personnage de Napoléon, il a tout de même respecté certains moments historiques très marquants. Ainsi, l'image du Petit Caporal se couronnant lui-même Empereur en 1804 est totalement véridique.

D'après l'historien Thierry Lenz, spécialiste de Napoléon, ce dernier a bien saisi la couronne des mains du Pape Pie VII pour se sacrer lui-même Empereur le 2 décembre 1804.

Cette scène est fidèlement retranscrite dans le film de Ridley Scott. Cependant, les paroles scandées par Joaquin Phoenix à ce moment-là sont romancées par rapport à la réalité des faits historiques.

"Il voulut en effet être couronné à Paris et, qui plus est, par le Pape en personne, ce qui n'était plus arrivé à un souverain français depuis Louis le Pieux, en l'an 816", explique Thierry Lenz. Toutefois, contrairement à ce qu'on peut parfois lire, l'historien précise que Napoléon n'a pas arraché la couronne des mains du Pape.

"Ce geste avait été prévu lors de négociations menées quelques jours plus tôt entre Mgr Bernier, évêque d'Orléans, et l'entourage pontifical. Ceux qui crurent lire la stupeur sur le visage avenant du Saint-Père ont exagéré leur observation.

Quant au serment, il serait certes prononcé sur l'Évangile, mais hors de la présence de Pie VII, qui, une fois sa partition jouée, se retirerait dans la sacristie", soutient l'historien français.

Extrait de la scène du sacre

"Sa petite taille se fondait sous cet énorme manteau d'hermine. Une simple couronne de laurier ceignait sa tête. Il ressemblait à une médaille antique. Mais il était d'une pâleur extrême, véritablement ému, et l'expression de ses regards paraissait sévère et un peu troublée", a écrit Mme de Rémusat, femme de lettres présente lors du sacre de Napoléon.

Pour l'historien Zack White, qui s'est exprimé à ce sujet au micro de la BBC, "Napoléon savait comment attirer l'attention. Se couronner lui-même en était l'expression ultime car le Pape était présent.

C'est un peu comme si on donnait un coup de poing au Souverain Pontife en lui disant : Vous n'êtes pas la personne la plus importante dans cette pièce. Mon autorité est plus grande parce que je représente le peuple français", indique Zack White.

Par ailleurs, pour l'impressionnante séquence du couronnement, Ridley Scott s'est inspiré d'un célèbre tableau peint par Jacques-Louis David : "Le Sacre de Napoléon". Cette immense toile de dix mètres sur six est conservée au Musée du Louvre à Paris.

publié le 29 novembre, Vincent Formica, Allociné

Liens commerciaux