Menteur menteur : 3 films avec Jim Carrey qui s'inscrivent dans la même veine

Actus cinéma

Menteur menteur : 3 films avec Jim Carrey qui s'inscrivent dans la même veine

Jim Carrey dans une scène de

©REX FEATURES, Sipa

Le 21 mars 2022, "Menteur menteur" de Tom Shadyac fêtera ses 25 ans. Porté par Jim Carrey, le film met en scène Fletcher Reede, un grand avocat qui ne connait pas la défaite grâce à sa grande capacité à mentir devant le barreau au profit de ses clients. Mais mentir devient sa deuxième spécialité et ce même dans sa vie personnelle au grand désarroi de son fils... Voici trois autres comédies avec un Jim Carrey qui sèment le doute.

"The Mask", de Chuck Russell (1994)

Sorti en 1994, "The Mask" se place directement à la 4e position du box-office mondiale et permet à Jim Carrey d'être reconnu comme l'un des acteurs de comédies des plus doués de sa génération. Il y interprète Stanley Ipkiss, un modeste employé de banque passionné par l'univers de Tex Avery, qui trouve un masque vert aux pouvoirs surnaturels. Lui si gentil, va devenir une créature espiègle. Dans une interview pour IndieWire, en septembre 2017, Jim Carrey avouait que ce personnage était proche de lui : "'The Mask' parle de moi. Quand je mets mon masque, je peux tout faire, être n'importe quoi."

"Fous d'Irène", de Bobby Farrelly et Peter Farrelly (2000)

À l'image de "Docteur Jekyl et Mister Hyde", "Fous d'Irène" met en scène Charlie Baileygates (Jim Carrey) qui souffre de troubles de la personnalité. Sous traitement, il se tient éloigné du méchant Hank. Mais tout va basculer quand il va rencontrer Irène (Renée Zellweger )... Alors qu'il doit l'escorter dans un autre état à cause d'une violation du code de la route, il oubli ses médicaments et son alter-égo se fait un malin plaisir de réapparaître pour séduire la belle prisonnière. Un film particulier pour les deux acteurs, puisqu'ils étaient en couple lors du tournage.

"Yes Man" de Peyton Reed (2008)

Depuis son divorce, Car Allen alias Jim Carrey, reste enfermé dans son appartement et dit non à chaque main tendue. Jusqu'au jour où il fait la rencontre d'un gourou incarné par Terence Stamp et va devenir un Yes man. L'idée du programme est de dire oui à tout... Si une nouvelle vie plus épanouie s'offre à Carl, il se rendra vite compte qu'il est important de trouver un équilibre entre le oui et le non.

Mathilde Dandeu, Jellyfish France, publié le 18 mars

Liens commerciaux

Retrouvez Cinéma et séries sur

facebook twitter