Josiane Balasko explique pourquoi elle aime jouer des personnages opposés à elle

Actus cinéma

Josiane Balasko explique pourquoi elle aime jouer des personnages opposés à elle

Josiane Balasko à l'avant-première du film

©Joly Victor - Josiane Balasko à l'avant-première du film "La Pièce Rapportée" à Paris, le 30 novembre 2021., Abaca

Depuis mercredi 1er décembre 2021, Josiane Balasko est à l'affiche du film "La pièce rapportée" d'Antonin Peretjatko. À l'occasion, la comédienne a répondu aux questions de Télé Loisirs et notamment sur ses rôles qui sont très éloignés de sa personnalité.

Josiane Balasko est sur tous les fronts. Alors que dans deux semaines on aura le plaisir de la retrouver aux côtés de sa fille Marilou Berry et de Didier Bourdon, dans "Mes très chers enfants" d'Alexandra Leclère, elle est en ce moment à l'affiche d'une autre comédie, "La pièce rapportée" d'Antonin Peretjatko. Dans cette dernière, la comédienne incarne un personnage explosif ! Grande bourgeoise, elle règne en maître sur son hôtel particulier de Neuilly et vit aux côtés de son fils (Philippe Katerine) et de ses domestiques. Elle mène par ailleurs la vie dure à sa belle-fille (Anaïs Demoustier) ; un rôle cocasse qu'elle a apprécié incarner. "C'est plus facile de faire des personnages très éloignés de vous, que de jouer un personnage qui raconterait votre propre vie, je me sentirais coincée. Les personnages comme celui-là, je me régale de les faire, parce que je peux y aller à fond, je n'ai pas de tabou pour faire ça. Il m'est arrivé pendant le tournage de demander à Antonin (le réalisateur) : 'tu ne crois pas que j'en fais trop là ? Tu sais qu'à force, on va me retirer ma licence de jouer !'", s'est-elle exprimée.

La comédie dans la peau

L'actrice, connue pour ses nombreuses comédies, tout comme son partenaire de jeu Didier Bourdon, qui s'en est récemment agacé, semble se contenter de ce genre. En effet, elle a souligné le manque de rôles dramatiques pour les femmes de son âge : "Il y en a très peu. Quand on m'en propose un, je l'accepte volontiers, si le scénario est solide bien-sûr. Mais je ne suis pas du genre à dire 'c'est fini la comédie'. Non ce ne sera jamais fini !"

Mathilde Dandeu, Jellyfish France, publié le 2 décembre

Liens commerciaux