Actus cinéma

"J'étais très catégorique sur ce point" : ce refus absolu de Jennifer Lawrence sur Hunger Games

Il est fréquent qu'un acteur ou une actrice s'abandonne dans son rôle, parfois d'ailleurs jusqu'à l'excès. Si la saga "Hunger Games" a incontestablement mis sur orbite la carrière de Jennifer Lawrence, elle n'était pas prête à tous les sacrifices...

Adapté de la saga littéraire à succès écrite par Suzanne Collins, la tétralogie Hunger Games fut une véritable cash machine pour le studio Lionsgate. Entre le premier volet Hunger Games, sorti en 2012, et le quatrième chapitre, Hunger Games : La Révolte, partie 2, sorti trois ans plus tard à peine, la saga a rapporté 2,97 milliards de dollars au Box Office mondial.

On comprends mieux l'intérêt du studio de ne pas lâcher sa martingale milliardaire, au point de bénir la mise en chantier d'un prequel, baptisé Hunger Games : La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur, sorti le 15 novembre dernier, et qui se déroule 64 ans avant les événements du premier film.

C'est aussi, bien entendu, une saga qui a plus que largement contribué à mettre sur orbite la carrière de Jennifer Lawrence, qui lui doit tout, ou presque. Les producteurs de la saga demandèrent à l'actrice de changer suffisamment d'apparence pour davantage ressembler à la Katniss Everdeen qu'ils imaginaient.

Elle n'a eu aucun problème à teindre ses cheveux blonds d'une teinte brune plus foncée pour correspondre à la description du personnage dans les livres, mais il y a un changement qu'elle a refusé catégoriquement.

Pourquoi ferions-nous d'elle quelque chose d'inaccessible ?

Dans une interview accordée au site SciFiNow en 2013, Jennifer Lawrence explique qu'elle a refusé une demande précise des producteurs; refus qui, pensait-elle, lui aurait valu de prendre illico la porte du tournage : on lui demanda de perdre du poids.

"Dans le premier film, quand on en parlait évidemment, du genre "c'est The Hunger Games, donc il faut perdre 5 kilos", je me disais : "Nous avons le contrôle de cette image; nous avons le contrôle sur le modèle que représente ce personnage". Pourquoi ferions-nous d'elle quelque chose d'inaccessible et de mince ?

C'est une personne que les jeunes filles - enfin, toutes les femmes, mais principalement les jeunes filles - admireront et voudront lui ressembler, et nous avons le contrôle sur cela, alors pourquoi ne pas la rendre forte ? Pourquoi ne pas la rendre belle, en bonne santé et en forme ?

J'étais très catégorique sur ce point, car je pense que notre industrie n'assume pas suffisamment la responsabilité de ce qu'elle fait à notre société, de ses attentes irréalistes, et je ne veux pas en faire partie".

La comédienne est plutôt constante dans sa prise de position plutôt courageuse, dans un paysage hollywoodien toujours prompt à imposer les diktats. Elle a redit exactement la même chose lors d'une table ronde organisée par Variety en décembre 2022. La seule exception qu'elle accepta sur une perte de poids fut pour le film Red Sparrow, en plus de devoir se mettre au ballet.

publié le 5 décembre, Olivier Pallaruelo, Allociné

Liens commerciaux