Gaspard Ulliel : Léa Seydoux devait lui donner la réplique dans un prochain film

Actus cinéma

Gaspard Ulliel : Léa Seydoux devait lui donner la réplique dans un prochain film

Léa Seydoux et Gaspard Ulliel lors du photocall pour le film

©Joel Ryan/AP - Léa Seydoux et Gaspard Ulliel lors du photocall pour le film "Saint Laurent" au 67e Festival de Cannes, le 17 mai 2014., Sipa

Ce 19 janvier 2022, le cinéma français a perdu un de ses plus talentueux poulains : Gaspard Ulliel. L'acteur césarisé a perdu la vie à l'âge de 37 ans seulement, succombant à un grave accident de ski. Depuis, les hommages pleuvent. Libération a, ce 20 janvier, relayé quelques-unes de ces émouvantes déclarations. Parmi elles, celle de Léa Seydoux, supposée lui donner la réplique très prochainement.

"Saint Laurent", "Un long dimanche de fiançailles" ou encore "Hannibal Lecter : Les Origines du mal" sont autant de rôles qui ont enrichi la belle carrière de Gaspard Ulliel. L'acteur qui poursuivait son ascension a tristement perdu la vie ce 19 janvier. En plus d'être attendu dans la prochaine série Marvel, "Moon Knight", le Français devait également continuer à briller sur le grand écran. En effet, Léa Seydoux a notamment confirmé auprès de Libération le 20 janvier qu'ils devaient partager l'affiche sous peu.

"J'étais ravie de le retrouver"

À l'image de nombreuses autres personnalités, la James Bond girl a tenu à rendre hommage à son confrère. "Je suis sous le choc, ça me paraît irréel, on devait tourner ensemble en avril prochain. On avait tourné à deux reprises ensemble, dans 'Saint Laurent' de Bonello et 'Juste la fin du monde' de Dolan. J'étais ravie de le retrouver.", révèle-t-elle. Il devait en fait s'agir d'un film de science-fiction, "La Bête", une nouvelle fois signé Bertrand Bonello.

Émue, l'héroïne de "France" a poursuivi : "La disparition de Gaspard, c'est la perte d'un trésor national, il dégageait une lumière dingue. C'était un acteur très accessible, ça peut sembler bizarre à dire, et je ne veux pas dire du mal des acteurs, mais ce n'est pas si fréquent." À terme, elle conclut : "Quelle cruelle injustice."

Inès Agblo, Jellyfish France, publié le 20 janvier

Liens commerciaux

Retrouvez Cinéma et séries sur

facebook twitter