Eric Judor : "Plus la pression est forte, plus le rire est libérateur"

Actus cinéma

Eric Judor : "Plus la pression est forte, plus le rire est libérateur"

Eric Judor sur la plage lors du festival du film de Cabourg, le 16 juin 2018.

©Coadic Guirec, BestImage

À l'occasion de sa venue au Festival du film de La Roche-sur-Yon, Éric Judor s'est confié au Monde, mercredi 14 octobre 2020, sur l'état actuel de la comédie française et son attrait indéfectible pour l'humour.

L'acolyte de Ramzy Bedia, biberonné toute son enfance aux Marx Brothers et à Buster Keaton comme il les cite, a tracé seul son chemin sur le grand et le petit écran tricolore. Dans les colonnes du Monde, le quinquagénaire de Meaux regrette l'ère inoubliable du duo "Eric et Ramzy" : "Plus nous avons avancé, plus nous nous sommes affinés en progressant dans cette voie de l'absurde, moins le public nous a suivis. Très étrangement, c'est au moment de notre plus grande maturité, au moment où notre écriture et nos choix témoignent d'une plus grande exigence, que nous perdons notre public." En revanche, le comédien se réjouit dans son indépendante percée au cinéma avec son genre de prédilection qui lui colle à la peau : "Créer de la comédie dans un environnement hostile, c'est là que les situations sont les plus fortes. Le grand écart de la tragédie et du comique est fructueux. Plus la pression est forte, plus le rire est libérateur."

"La transgression est la condition même de l'humour"

Récemment vu dans "Tout simplement noir" de Jean-Pascal Zadi, ce passionné du "gag physique, de la virtuosité d'un rapport calamiteux à la matière" compte encore faire rire de manière irrévérencieuse : "La transgression est la condition même de l'humour." Concernant les polémiques sur les personnes de couleur dans le 7e Art, Éric Judor tient à dire que "plein de choses se sont faites récemment" : "Nous avons en France un Roschdy Zem qui est capable de jouer dans tous les registres, un Omar Sy qui est devenu une vedette et qui a remporté un César, on a des acteurs comme Reda Kateb, Ramzy Bedia, et beaucoup d'autres. Et à tous ces acteurs, on propose des rôles qui ne correspondent pas nécessairement à leur origine, c'est ça le plus important. Donc, non, je ne suis pas sûr de voir un problème quant à moi, malgré ce qu'en disent certains." En tout cas, ce ne sera jamais un obstacle au rire.

Elodie Falco, publié le 15 octobre

PUBLICITÉ

Liens commerciaux

Retrouvez Cinéma et séries sur

facebook twitter