Actus cinéma

Déni de grossesse : un thriller judiciaire sous tension avec Géraldine Nakache est à voir au cinéma

© DR

Toi non plus tu n'as rien vu, oeuvre traitant du déni de grossesse, sort en salles le 8 mars. Porté par Maud Wyler et Géraldine Nakache, ce drame s'empare de ce sujet délicat, mis en avant par la réalisatrice Béatrice Pollet.

Dix ans après Le Jour de la grenouille, la réalisatrice Béatrice Pollet est de retour derrière la caméra avec Toi non plus tu n'as rien vu. Le récit nous présente Claire (Maud Wyler) et Sophie (Géraldine Nakache).

Elles ont fait leurs études ensemble et sont toutes les deux avocates. Claire va être accusée de tentative d'homicide sur enfant de moins de 15 ans. Sophie va assurer sa défense. Comment Claire, déjà mère de deux enfants, n'a-t-elle ni vi ni senti qu'elle était à nouveau enceinte ?

UN SUJET DÉLICAT ET IMPORTANT

Pour son second long-métrage, Béatrice Pollet s'empare d'un sujet délicat, le déni de grossesse. Ce phénomène se produit lorsqu'une femme enceinte n'a pas conscience de l'être, que son corps ne lui dit pas et que personne ne le voit (partenaire, parents, amis, médecins... etc). L'utérus ne basculant pas, ces femmes n'ont pas de ventre et le bébé se développe verticalement.

Aucun des symptômes habituels de la femme enceinte n'apparaît. Il peut s'agir d'un déni partiel ou complet. Dans ce dernier cas, il y a accouchement sans que la femme ne sache ce qui lui arrive. Si elle accouche seule, le bébé peut être mis en danger, l'accouchement deviendra alors un problème médico-légal et les femmes peuvent encourir jusqu'à la prison à perpétuité.

LES ORIGINES DU PROJET

C'est en 2011 que la cinéaste a débuté des recherches sur le déni de grossesse, après la lecture d'un fait divers sur une femme qui avait mis au monde un enfant, seule chez elle, sans comprendre ce qui lui arrivait. Cet accouchement s'est malheureusement terminé par la mort de l'enfant.

"Plus je cherchais à comprendre et plus je me documentais, plus cette situation me captivait et me passionnait. J'ai eu la chance de rencontrer très rapidement les bons interlocuteurs", explique la réalisatrice.

Si le temps d'écriture a été très long, c'est parce que Béatrice Pollet a veillé à réunir différents témoignages et à ce que son scénario soit relu par des médecins, des avocats, deux juges d'instruction, des experts psychiatres et obstétriciens. Elle a notamment été épaulée par Corinne Acker, experte psychiatre aux assises de Strasbourg.

THRILLER JUDICIAIRE

Avec Toi non plus, tu n'as rien vu, la cinéaste souhaitait mettre en scène un récit sans pathos, à la narration simple et directe.

"Je voulais de l'action, donner les faits, rien que les faits, en axant le film sur la construction de la défense de Claire et sur le travail d'enquête de la justice. Le spectateur a besoin d'être sûr d'avoir vu et ressenti la même chose, les mêmes ambigüités, que les protagonistes."

"Je veux amener le spectateur à une vision sans préjugés, à saisir cette complexité incroyable et pourtant simplement humaine qu'est le déni de grossesse", affirme Béatrice Pollet.

Toi non plus tu n'as rien vu est sorti au cinéma le 8 mars.

publié le 8 mars, Vincent Formica, Allociné

Liens commerciaux