Décès de Serge Korber : 3 choses à connaître sur le réalisateur français

Actus cinéma

Décès de Serge Korber : 3 choses à connaître sur le réalisateur français

Serge Korber à l'avant première de

©Wyters Alban - Serge Korber à l'avant première de "Cléo De 5 A 7" à Paris, le 18 mars 2014., Abaca

Après Jean-Jacques Beineix et Gaspard Ulliel, le cinéma français perd une fois de plus un grand du cinéma et ce lundi 24 janvier 2022 avec le décès de Serge Korber, à l'âge de 85 ans. Voici trois choses à connaître sur ce cinéaste visionnaire qui a su prendre des risques pour donner un coup d'éclat au 7e art.

1) Il avait bousculé les codes de la censure en réalisant un film pornographique

C'est dans les années 1950 que Serge Korber rencontre François Truffaut lors de la création du cabaret Le Cheval d'Or. En 1961, ce dernier lui offre alors un rôle dans le film "Tire-au-flanc 62" et les deux acolytes ne se quitteront plus jamais. En 1975, Serge Korber se lance dans une aventure complètement folle pour l'époque : suite à un pari passé avec François Truffaut et Claude Chabrol, il réalise une suite de films pornographiques qui l'obligera à prendre le pseudonyme de John Thomas.

2) Serge Korber avait travaillé avec Louis de Funès

En 1970, Louis de Funès, d'ordinaire connu sous la direction de Gérard Oury ou encore sous celle d'Edouard Molinaro dans "Oscar" et "Hibernatus", connaît un gros changement : Serge Korber se charge de le diriger pour tenter de donner une nouvelle image plus moderne au comédien. Plus expérimental que les deux autres cinéastes, il modernise le personnage qu'est Louis de Funès. C'est ainsi que le comédien très apprécié de son public se révèle encore plus surprenant dans les films à succès "L'Homme orchestre" et "Sur un arbre perché".

3) Il avait réalisé son premier long-métrage grâce à Jean-Louis Trintignant

De 1962 à 1964, Serge Korber réalise huit courts-métrages produits par Pierre Braunberger. Mais ce dernier refuse catégoriquement de produire son neuvième film intitulé "Un jour à Paris". C'est donc Marin Karmitz qui reprendra la main. Porté parJean-Louis Trintignant, c'est un véritable succès. Devenu une vedette internationale après "Et Dieu... créa la femme", Jean-Louis Trintignant ouvre alors une porte à Serge Korber qui réalisera son premier long-métrage : "Le Dix-septième ciel". Un projet qui lui aura permis de devenir l'un des plus grands metteurs en scène français.

Mathilde Dandeu, Jellyfish France, publié le 24 janvier

Liens commerciaux

Retrouvez Cinéma et séries sur

facebook twitter