Actus cinéma

Avatar 2 : non, il n'est pas indispensable d'avoir vu Avatar 1 pour découvrir la suite !

© Disney

Faut-il absolument avoir vu le premier film Avatar avant sa suite, La Voie de l'eau ? Si vous faites partie des spectateurs qui avaient manqué le premier opus au cinéma, rassurez-vous, la suite peut être comprise sans voir le premier.

Avatar 1 est l'un des plus grands succès de tous les temps en France. Précisément, il s'agit du 9ème film ayant le fait le plus d'entrées de toute l'histoire en France, avec un cumul de 14,7 millions d'entrées. Il se situe devant le film d'animation Les 101 Dalmatiens de Disney, sorti en 1961, et juste derrière un autre Disney, Le Livre de la jungle, sorti en 1968.

Il faut ajouter à ce score assez vertigineux les chiffres de deux ressorties d'Avatar : 98 102 entrées supplémentaires enregistrées pour la ressortie en 2010, et surtout 564 979 billets de plus pour la ressortie toute récente, en septembre dernier. Les DVD et Blu-Ray ont aussi été édités à de multiples reprises, et il y a eu quelques diffusions télé.

Un très large bassin de spectateurs touchés donc. Sans doute des personnes qui l'ont vu plusieurs fois en salles aussi. Mais, néanmoins, il reste des irréductibles qui n'auraient pas cédé aux sirènes de cette sortie ultra médiatisée en 2009. N'oublions pas évidemment tous ceux qui étaient peut être trop jeunes pour pouvoir le voir en salles.

Mais alors, peut-on voir la suite sans connaitre le premier volet ?

Avatar La Voie de l'eau est une suite qui a la coquetterie de ne pas porter le "numéro 2". Probablement dans le but, comme nous le faisons via cet article, de vous indiquer qu'il est bien sûr possible de voir cette suite sans connaitre les développements racontés dans l'épisode 1.

Certes, il est bien sûr préférable de voir, voire revoir le film avant de découvrir La Voie de l'eau, mais l'intrigue de la suite laisse clairement la possibilité de suivre sans connaitre tous les détails du premier opus. De plus, La Voie de l'eau s'ouvre à toute une nouvelle galerie de personnages, qu'on apprend justement à connaître dans ces aventures. Les personnages du premier volet reviennent, mais la part belle étant faite aux nouveaux, La Voie de l'eau est clairement accessible à tout un chacun.

Pour rappel, le récit nous présentait Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant. Malgré sa paralysie, il est resté un combattant au plus profond de son être. Jake est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre.

Parce que l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des "pilotes" humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale.

Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi, les autochtones de Pandora. Sous sa forme d'avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d'infiltration auprès des Na'vi, devenus un obstacle trop conséquent à l'exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na'vi, sauve la vie de Jake.

Une suite qui met le paquet sur l'expérience visuelle

On se souvient que l'une des forces d'attraction du premier Avatar était sa prouesse technologique. Cette suite ne devrait pas décevoir sur cet aspect, bien au contraire. Et c'est peut être une autre raison de vous inciter à être curieux, même si vous aviez manqué le premier volet.

Fidèle à ses habitudes et ses obsessions, James Cameron a repoussé les limites de la technologie avec Avatar, redéfinissant la manière d'appréhender la production d'un blockbuster. Avatar a mis en scène des personnages photo-réalistes dans un univers entièrement créé par ordinateur paraissant absolument réel. Chaque plante, arbre, rocher ont été inventés, calculés par les ordinateurs de WETA Digital en Nouvelle-Zélande, société à qui l'on doit les effets spéciaux de la saga Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson.

D'incroyables progrès ont été accomplis en termes d'éclairage, d'ombrage, de texture, d'habillage, de rendu... Tout ceci a permis à WETA de créer un monde avec un réalisme photographique, extraterrestre par ses détails, mais qui est identifié dès la première vision comme complètement naturel.

Par ailleurs, WETA a dû travailler en 3D pour créer les scènes en infographie (comme l'ont fait les autres studios d'effets visuels ayant contribué au film, dont ILM), mais les scènes en prises de vues réelles ont dû être tournées en 3D également.

Pour ce faire, James Cameron a utilisé le Fusion Camera System, qu'il a co-développé avec Vince Pace. Il a fallu sept ans de développement pour mettre au point ce système de caméra stéréoscopique, le plus avancé au monde. Ces caméras ingénieuses permettent aux scènes en prises de vues réelles d'être fusionnées de manière indétectable avec les séquences en images de synthèse pour former un tout parfaitement unifié.

En raison des nombreuses technologies développées spécifiquement pour ce film, Avatar représente le plus formidable défi que James Cameron ait jamais eu à relever au cours de sa carrière.

"J'ai toujours essayé de repousser les limites de la technologie, mais cette fois-ci, elle nous a souvent résisté et il a fallu pousser plus fort encore... Faire ce film, c'était un peu comme sauter du haut d'une falaise et coudre son parachute pendant la descente", a-t-il confié.

Une performance capture bluffante

La méthode de "performance capture" est révolutionnaire à l'époque d'Avatar 1. Même si les personnages en images de synthèse d'Avatar ressemblent aux acteurs qui les interprètent, leurs proportions fondamentales sont différentes.

Par exemple, les yeux des Na'vis font deux fois le diamètre de ceux des humains et sont bien plus espacés. Les Na'vis sont aussi beaucoup plus minces que les Hommes, arborant des cous allongés. Par ailleurs, la structure du squelette et des muscles n'est pas la même, comme le démontrent leurs mains à trois doigts.

Étant des personnages créés par ordinateur, les Na'vis et les avatars peuvent être bien plus grands que les humains. Un maquillage bleu aurait donné une peau opaque. Grâce aux images de synthèse, les personnages ont une peau translucide qui a l'aspect de la vraie peau.

De Terminator 2 à Titanic en passant par Abyss, James Cameron a toujours mis un point d'honneur à faire progresser la technologie, inventant de nouvelles manières de filmer, contribuant à révolutionner les techniques cinématographiques.

Avatar La Voie de l'eau sort au cinéma ce mercredi 14 décembre 2022.

publié le 14 décembre, Brigitte Baronnet, Allociné

Liens commerciaux