Actus cinéma

Au cinéma : si vous aimez Fellini et Scola, découvrez La Chimère d'Alice Rohrwacher

© 2023 - tempesta srl - ad vitam production - amka films productions - arte france cinema

Découvrez ce mercredi dans les salles un film subtil et fantomatique, "La Chimère".

Sorti ce mercredi, La Chimère est le quatrième long métrage de fiction de la réalisatrice Alice Rohrwacher après Corpo celeste, Heureux comme Lazzaro et Les Merveilles. Elle revient aujourd'hui dans les salles avec un nouveau long métrage explorant le trafic d'art dans l'Italie des années 80 et interrogeant notre propre rapport à la mort.

Durant les années 1980 en Italie, Arthur erre, avec dans la tête uniquement son amour disparu, Beniamina. Surnommé "l'Anglais", Arthur possède un don unique : celui de sentir la présence de caveaux et de tombeaux souterrains, qui fleurissent aux alentours d'une petite ville sans nom de la côte Tyrrhénienne.

Son talent est mis à profit par les multiples pilleurs de tombes locaux, mais déranger les morts pour le profit était-il une bonne idée ?

Les personnages principaux sont incarnés par Josh O'Connor (Arthur), Carol Duarte (Italia) et Isabella Rossellini (Flora, la mère de Beniamina). Arthur est un héros errant, tourné vers le passé, la "face sombre" du film (bien qu'il soit en quête de changement), tandis qu'Alice est son opposée, elle représente la lumière et l'avenir. Elle est, du reste, plus insaisissable que lui. Plus indépendante, aussi.

"En Italie, nous avons une manière de dire "chacun a sa chimère", raconte la réalisatrice, pour expliquer le titre du film. "La chimère réfère à un désir, à une direction, à quelque chose qu'on cherche à attraper, mais qui se métamorphose sans cesse et nous échappe.

Sorties, news, interviews... Retrouvez toute l'actualité des films Indés En même temps qu'elle fuit, elle hante ceux qui la cherchent, et peut-être nous dit-elle autre chose sur la vie : qu'on ne peut pas fermer une seule image, mais qu'il faut chercher derrière les formes changeantes un autre niveau de connaissance."

Comme avec ses films précédents, Alice Rohrwacher continue d'examiner la question du passé, de sa gestion, de ce qui reste et de ce que nous pouvons en faire, le tout en évoquant Fellini ou même Scola. Une expérience fantomatique dont on ressort en réfléchissant au temps qui passe.

Pour vous faire votre avis, rendez-vous dès à présent dans les salles de cinéma, et les autres films de la réalisatrice font actuellement l'objet d'une rétrospective sur la plateforme MUBI. On y retrouve notamment ses documentaires, moyens et longs métrages, ainsi que ses trois précédentes œuvres de fiction. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site MUBI.

publié le 6 décembre, Corentin Palanchini, Allociné

Liens commerciaux